Bernadette Séguin-Chevrier
(1908-2003)

 



Ce «FRANÇOIS» revient à une femme généreuse et dévouée, Bernadette Séguin, épouse d'Émile Chevrier de Rigaud. Lors de son mariage à Hudson le 22 octobre 1930, Bernadette épouse un veuf père d'un fils. Treize autres enfants naîtront de cette union. A l'âge de 80 ans, Mme Chevrier décide d'écrire ses souvenirs qu'elle collige dans un recueil de 125 pages. Quelle heureuse initiative pour ses nombreux descendants. Au printemps dernier, elle est décédée à l'âge de 95 ans quelques mois avant de recevoir son «FRANÇOIS».




Plusieurs de ses enfants assistaient à la fête. Son fils Germain reçoit le trophée.



Candidate présentée par son fils Germain Chevrier #1004

J'aimerais vous souligner un peu la vie de ma mère, Bernadette Séguin Chevrier. Elle est née le 1 juillet 1908, à Hudson, QC d'une famille pauvre; elle a grandi dans ce petit coin de province. Elle s'est mariée très jeune à Hudson, le 22 octobre 1930, à un veuf, Émile Chevrier, qui avait déjà un enfant de quatre ans. À l'époque, le rôle de mère comportait plusieurs facettes dont celles de docteur-maman, éducatrice et surtout pourvoyeuse pour assurer les besoins nourriciers de la famille. Elle a eu treize enfants dont six garçons et sept filles, en tout quatorze enfants, ce qui veut dire seize autour d'une table. Nul besoin de dire que la besogne était lourde de responsabilité pour une petite bonne femme de cinq pieds quelques pouces. Mère au cœur tendre, elle avait une grande foi et une croyance sans borne dans la Vierge Marie. J’ai vu souvent ma mère pleurer, à bout de force et de courage ; l'orgueil d'une mère en attrapait un coup. Avec des prières, elle nous disait : « Tenons-nous debout, aimons-nous les uns les autres et nous allons traverser les malheurs plus facilement ».

Je me souviens que déjà très jeune, je l’aidais à pétrir la pâte pour le pain. Pour s’occuper d’une famille aussi nombreuse, elle avait à boulanger deux fois par semaine, faire le lavage avec une machine à laver pas très moderne (une ancienne machine à bras), étendre le linge sur la corde; c’était toujours au moins trois cordes à linge. Elle faisait son savon, ses conserves pour traverser l’hiver, ses marinades en pots et sa couture pour habiller mes frères et sœurs. Elle se faisait une fierté de voir à ce que nous soyons très bien habillés et très propres.

L’été, elle cultivait des légumes en abondance pour pouvoir nous nourrir durant l'hiver. Et parmi tout cela, il y avait des fleurs qui ornaient son jardin et le tour de notre maison. Le temps a passé, les filles et les gars ont pris mari et épouse. Mes parents sont restés seuls à la maison. En 1967, un malheureux accident est arrivé à mon père en face de notre maison; cet accident fut fatal. Mon père décédera quelques mois plus tard et je suis devenu propriétaire de la terre de mes parents. Suite à tous ces événements, ma mère s’est retirée dans une coquette petite maison à Dorion avec son fils Michel.

Avec toutes ces années de dur labeur, ses jambes sont devenues fatiguées et elle a déménagé dans une résidence pour personnes âgées à Valleyfield; une acceptation très difficile pour quelqu’un qui a vécu pour ses enfants et qui a travaillé sans arrêt pour le bien de sa famille! Mais ma mère, se disant que le temps est un élément précieux de la vie, décide à 80 ans bien sonnés de rédiger ses mémoires les plus joyeuses, autant celles qui ont illuminé sa vie que les autres qui ont ennuagé son quotidien. Elle aurait voulu être en forme jusqu’à cent ans, mais le hasard de la vie en a décidé autrement; elle est décédée le 28 mai 2003.

Je vous présente ma mère comme une femme courageuse qui a foncé dans la vie malgré toutes les épreuves trouvées sur sa route. Elle a traversé la vie jusqu’à 94 ans et malgré tout, la pauvreté ne lui a jamais fait peur. Elle demeura toujours une maman inquiète de ses enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants. Je considère que j’ai eu une maman qui a mérité beaucoup de reconnaissance, car la vie n'a pas toujours été rose pour elle.

                                                                                                             

Arbre généalogique d’une Séguin

Bernadette Séguin


Bernadette SÉGUIN Hudson, QC 22-10-1930 Émile CHEVRIER
Cléophas SÉGUIN Rigaud, QC 13-01-1891 Élisa LAROCQUE
Abraham SÉGUIN Vaudreuil, QC 04-08-1857 Mélanie SÉGUIN
René SÉGUIN Rigaud,QC 08-01-1816 Madeleine MALLETTE
Jean-Louis SÉGUIN Vaudreuil, QC 11-01-1779 Marie-Josephte BRAZEAU
Pierre SÉGUIN Sainte-Anne-du-
Bout-de-l’Île, QC
03-02-1739 Josephte MALLET
Jean-Baptiste SÉGUIN Boucherville, QC 07-06-1710 Geneviève BARBEAU
François SÉGUIN Boucherville, QC 31-10-1672 Jeanne PETIT




 


Bienvenue - Le C.A - Nouvelles Expresses - Plan du site - Notre Association - Nos Objectifs - Nos Armoiries - Souvenirs
Devenir Membre - Photos - Dictionnaire - Histoire - La Séguinière - Rassemblement Annuel - Rassemblement Automnal
Rassemblement Sportif - Voyages - Autres - Le François - Le Berger - Livre d'Or - Liens